06.37.65.10.12 et 05.53.03.50.23 francoise@reikidor-nouvelle-terre.fr

Chronique d’un départ Conscient derrière le voile

 Je vais vous raconter une histoire peu ordinaire bien que banale car journalière.
Cela a trait à un événement qui se passe à chaque instant, parfois dans l’indifférence la plus totale néanmoins qui occasionne beaucoup de peurs, de douleurs et de questions.

Nous sommes le 2 janvier 2003, 17 heures.  Depuis le matin 7 h 30, j’ai été avertie par les Maîtres de Lumière du prochain départ de Lucien H. Quand je parle de départ, il faut entendre décès. Et cet homme m’a demandé, de faire l’accompagnement de son Âme, pour son grand retour vers La Lumière.

Je connais ce Monsieur depuis toujours. Il y a entre lui et moi une grande histoire d’amour. Je suis  entre autre Maître Reiki Usui, initiée depuis peu au REIKI CONSCIENCE UNITE, une forme avancée de Reiki menant à la pleine réalisation de la Conscience du SOI. Par ailleurs, j’ai eu l’honneur et le privilège; à sa demande; d’initier Lucien H. au premier Degré de REIKI lors des fêtes de la Toussaint 2002.

La nouvelle Energie, (celle des 12 plans Unité, donc de pleine Conscience) n’étant pas totalement alignée à la terre, je n’ai pas eu l’autorisation, malgré mes Maîtrises, d’initier qui que ce soit à cette forme de Reiki très évoluée. Mais, à ma grande surprise, pendant la préparation à l’initiation de Lucien H. je reçois l’ordre des Maîtres de Lumière de faire l’initiation avec les nouveaux symboles qui ouvrent les 12 plans de conscience pour l’humanité.
C’est étonnée  mais obéissante que je m’exécute !
Au troisième passage d’énergie, j’assiste, médusée, à la décorporation de l’âme de Lucien H, sur les plans de Lumière. J’entends au fond de moi une voix me dire :
«Tu sais, cette âme est en partance ».

Je suis là, clouée sur ma chaise, attendant la suite avec anxiété, me demandant si je ne vais assister à une mort en directe.
N’étant pas préparée à cela, des larmes perlent à mes yeux.
Je pose ma main sur la cuisse de Lucien H, le secoue avec douceur, lui demandant de revenir parmi nous….Quelques minutes interminables, passent : il revient !

Françoise C : «  – eh bien, que t’est-il arrivé, tu avais envie de partir ? «
Lucien H : –«  J’étais bien moi, là-haut, je n’avais pas envie de revenir ! »
Je m’entends lui répondre : « Tu sais, ma « Grande Montagne », ce n’est pas encore ton moment, il te faut rester parmi nous, tu as encore des choses à faire ! »
Lucien H : « – oui, je sais, c’est pour cela que je suis revenu ! »

L’estomac noué, les larmes coulent sur mes joues, je lui crie mon amour, mon besoin de lui !

Lucien H : « – Ne t’inquiètes pas, ma chérie, je suis toujours là… Ce n’est pas encore mon heure. Lorsque je partirai, Marie me le dira et tu seras avertie toi aussi » (Marie est pour Lucien H, la Sainte Vierge).

A moitié rassurée, mais ayant une confiance totale en ce monsieur et dans la Lumière-Vie de la Source, je termine le weekend Reiki et regagne le Périgord.
Cependant, cette histoire m’a ébranlée ; je n’en parle à personne de l’extérieur en dehors de mon frère Michel ; nous sommes le 29 novembre 2002.

Françoise C « : -J’ignore pourquoi je te raconte cela aujourd’hui ! »

Michel : » – Sans doute parce que tu as peur ! »

Françoise C : » – Oui, tu dois avoir raison. Nous devons profiter de lui au maximum, lui montrer notre amour car il va bientôt partir, mais je ne sais pas quand ? »

Nous terminons la conversation téléphonique sur des projets que nous pouvons mettre en place ;  notamment Noël Je me sens mieux.

Il faut vous dire que je suis médium depuis ma naissance et que pour moi parler aux Maîtres Lumière est naturel donc, presque plus personne dans mon entourage proche est étonné, même s’ ils n’adhèrent, pas ce qui peut ce comprendre. Alors cette conversation avec mon frère Michel « est possible ! »

Le 1er décembre 2002, j’ anime une rencontre amicale Reiki lorsque je reçois un coup de fil angoissé ‘des Jurias’ (lieu de résidence de Lucien H)  m’annonçant l’hospitalisation en urgence de ma « Grande Montagne «

« -S’il te plait, regarde ! » Me demande « ma petite mam » ! Ce que je fais immédiatement.

Le message des Maîtres de Lumière est clair : IL est en partance, c’est imminent.

Etant d’un naturel optimiste, je demande à mes amis, Patrick et Wilfried, de se joindre à moi pour envoyer de l’énergie de Vie Reiki à distance à Lucien H

Après 48 heures de soins intensifs de notre part, un autre message m’est donné par La Source Lumière et ses merveilleux Guides:

« Nous lui rallongeons son temps de vie »

Combien ? Pourquoi ? je ne sais pas ; il faut faire avec, mais c’est déjà un véritable cadeau : une grâce Divine quoi !

Je prends alors l’initiative de demander de  l’aide pour ma « Grande Montagne  » et contacte plusieurs Maîtres de Reiki.

Mes grandes amies Nicole du Canada, Marie-Françoise, Dany, acceptent ! Quant à moi, je décide de retourner aux Jurias afin de faire les Soins sous guidance directement. Non pas que la distance est moins efficace, je crois que j’ai un immense besoin de le toucher, d’être en présence.

J’arrive le 5 Décembre 2002 ; Lucien H. étant toujours hospitalisé, ma première visite se passe dans cet endroit.

Les médecins de l’hôpital, consultés ont un diagnostic sans appel : cancer généralisé, métastasé aux foie, poumons, vertèbres…
D’ heure en heure les résultats des analyses sanguines sont catastrophiques ; pour eux, Lucien H est condamné, son décès est imminent.
Il a devant lui, quelques heures, cinq jours, cinq mois…..Ils penchent plus pour le nombre d’heures, ils m’affirment que le malade risque de décéder, avant d’ avoir reçu le résultat des analyses du jour.

Je suis abasourdie par cette nouvelle !

Néanmoins , je suis d’ un calme et d’une froideur ‘polaire’ devant leur attitude.
Je ne vais pas m’appesantir sur la conduite du corps médical !
Si un peu quand même car, je dois avouer que dans ce cas présent, ils auraient mérité que je les remette à leur place !

Lucien H. « bénéficie » d’un régime pour diabétique, (est-ce bien nécessaire ?) et d’antalgiques mineurs délivrés avec parcimonie par souci d’éviter un surdosage !
Cela l’oblige à passer ses nuits assis dans un fauteuil, tellement il souffre couché, Je suis scandalisée !

Lorsque je me vois écrire ces mots, des bouffées de colère me montent : Pauvres vous, je vous trouve si petits à cet instant, j’ai la nausée. D’autant que Lucien H est décédé des suites de la prise d’ un médicament  nocif pour le foie, prescrit par toi son cardiologue et de ton manque de surveillance à ce sujet. Aujourd’hui ce médicament a été retiré du marché, déclaré cancérigène !!!

Néanmoins, je dois rester calme, forte et surtout déterminée. Car, vous pensez bien messieurs les  médecins qu’il est hors de question que vous le gardiez et en plus c’est ce que vous désirez faire…

Enfin je le vois!

 » Ma  Grande Montagne » est là, dans cette chambre moche à mourir, froide, dormant peu,  mangeant mal et pratiquement plus.
Son corps physique continue à être investi pour des examens de toutes sortes ! Vous savez pourquoi ?

Car, ces messieurs en blouses blanches veulent savoir d’où est parti le cancer ! Cela n’aura aucun effet thérapeutique sur Lucien H, mais…..

D’ autant que le médecin qui a la charge du patient m’informe qu’il ne peut plus rien faire pour améliorer son état ! Je suis révoltée ! Mais je ne leurs montre rien, j’ai une bataille a gagner.

Ils veulent le mettre en long séjour, ceci veut dire en clair mouroir et ils pourront continuer à investir son corps d’examens de toutes sortes. Vous savez pourquoi! Ils veulent savoir d’ou est parti le cancer primaire ! Mais, cela n’améliorera pas l’état du patient ! Par contre, ils essaient de me décourager d’envisager un retour chez lui !

Devant la limite médicale, leur mauvaise foi évidente et le visage creusé de Lucien H,  je décide de le faire sortir avec son consentement, pour qu’il retrouve au moins un cadre connu et qu’il aime.

Le retour chez lui!

Le 7 décembre il est chez lui, dans son lit, entouré de Sa femme, sa chatte, Mine, ses habitudes.

Son visage se détend et…il a même faim. Quelle joie !

Je pense que tout homme a au moins un droit : Celui d’une fin de vie dans la dignité, pleine d’amour, d’harmonie, de respect et surtout de mourir en PAIX.
C’est ce que nous décidons de lui offrir, nous l’aimons tant !
Maintenant qu’il est chez lui, je me retrouve face à moi-même.
Toutes ces émotions fortes ont raison de moi et je m’effondre en larmes dans ma chambre, étant hébergée par lui à son domicile.
Je suis inconsolable, je pleure toutes les larmes de mon corps et sans me rendre compte à gros sanglots !

Je réalise que je vais le perdre et cette idée m’est insupportable ; et oui je suis incroyablement attachée à lui ! Je l’aime, mon amour pour lui occupe tout mon cœur !
Aussi loin qu’il m’en souvienne, nous sommes tellement unis, lui et moi, que nous ressentons les mêmes choses aux mêmes moments, y compris à distance.
Tout-à-coup, je vois son imposante silhouette se découper dans l’embrasure de la porte de ma chambre : il s’est levé !

J’essaie de cacher mes larmes ; il me regarde, me sourit ; ses yeux marquent de l’inquiétude.
Lucien H :– Qu’as-tu ma chérie ? Pourquoi pleures-tu ? Ça ne va pas ? Allez, vient t’étendre près de moi et confie-moi ce que tu as. Tu as l’air fatiguée !
Je ne vais pas me coucher près de lui : j’y cours !
Et là, dans les draps si doux en flanelle bleue fleurie mis spécialement pour lui, je suis bien.

Comme un chaton, je me réfugie dans ses bras, me laisse aller et pleure tout mon saoul ; il me réconforte, me console comme un bébé, comme SON BEBE

Car, Vous l’avez compris, ce Monsieur, Ma Grande Montagne, Lucien H, c’est Mon Papa !
Bien sûr, je ne lui dis pas qu’il va mourir mais juste ;

« Tu sais, mon Papa, quand tu ne vas pas bien je ne le supporte pas ; alors, guéris vite ! »

Lucien H : Ne t’inquiètes pas ma chérie, je vais faire tout mon possible : c’est ma dernière grave maladie »!

A cet instant, je demande à Dieu mentalement dans une prière silencieuse et profonde la guérison pleine et entière de mon Papa d’amour. Je ne suis plus qu’une toute petite fille, si seule, si apeurée, si démunie !

Nous restons longtemps l’un contre l’autre, devisant sur nos sujets favoris : la Vie, l’après vie, nos messages respectifs, les Êtres de Lumière, nos petits secrets de médiums guérisseurs, enfin tout ce qui dans cet instant magique de communion nous passe par Le Cœur.
Papa sait à quel point mon corps physique est parfois fragile suite à de graves maltraitances conjugales ; cela l’inquiète, mais il connaît aussi la puissance de cette Lumière Divine qui est en moi en Lui, en qui j’ai tant foi, néanmoins il ne peut s’empêcher de me faire un cadeau…..

Son don ce jour là, alors que je suis lovée contre lui : « 

Je te donne toute ma force: Prend, car tu en auras besoin pour toi et pour aider les gens qui viendront te voir  » ; il faut dire que mon Père est un monument de puissance !

J’ai l’impression de recevoir une transfusion du Sang de son Nom, une immense vague de chaleur me submerge, je me sens régénérée !

Les jours passent trop vite, les moments de communion se succèdent ; mais je dois rentrer.

De retour dans le Périgord, je poursuis les soins à distance, épaulée par mes amies.

Un nouveau message tombe : »

Il vivra aussi longtemps qu’il en aura la force et le désir «

Bien sûr, pour beaucoup d’entre vous, cela ne veut rien dire. Mais, pour moi c’est un espoir !

La Source Divine de la Lumière Vie, les Maîtres , les Guides sont tous là et ce message si extraordinaire est le premier de notre liberté d’ÊTRE retrouvée.

Je tombe à genoux, je suis en larmes je rends grâce ! Mon Dieu, gratitude infinie, je t’ aime tant !

Bientôt, nous aurons TOUS à notre disposition, entièrement, la possibilité d’utiliser notre libre-arbitre à 100%, consciemment, pour créer notre vie à partir de l’Energie d’Amour Divine ancrée sur terre ; notre âme est aux commandes, notre pleine responsabilité aussi, nous avons vraiment accès à la pleine guérison, le Reiki Unité est un véritable cadeau pour cette grande transformation.

C’est merveilleux de savoir cela, mais il y a un bémol : plus d’échappatoire du genre « ce n’est pas de ma faute, je ne suis qu’humain », le LIBRE ARBITRE est illimité car, il devient ce qu’il a toujours été : DIVIN !

Comme notre Véritable Nature et ce jusqu’au bout : Nous avons le choix plein et entier.

Quel enseignement extraordinaire je reçois à travers cette situation et quel cadeau ! Nul d’entre nous ne meurt par hasard ! J’avoue ne pas réaliser ce que cela pourra impliquer plus tard dans ma propre Vie.

Pour en revenir à mon Père, je pense que, plus nous lui donnerons le désir de vivre, plus il vivra, tout en sachant qu’il est le Maître de sa vie et de son départ. Pas son humain, c’est évident mais, son Âme de Lumière.

J’entame cependant un travail sur moi-même pour éliminer tout désir propre ; du plus profond de mon être je suis en respect total des décisions que prendra ce Papa, face à ce qu’il peut ou pas endurer.

Car il ne faut pas oublier qu’il est le Grand Décideur et qu’il souffre !

Dans nos soins REIKI, au début, nous ciblons donc essentiellement la douleur. De son côté, Philippe B, le médecin de famille, un homme compétent et merveilleux, donne à mon père un patch diffusant des antalgiques.

En quelques jours, Papa ne souffre plus : C’est une victoire!

« Petite Mam » est épatante !

Papa vit à son rythme, mange ce qui lui fait plaisir, dort quand il en a besoin et les jours passent. Il est heureux de vivre et cela nous fait à tous plaisir.

Nous arrivons au soir du 25 Décembre, nous sommes tous réunis autour de la table familiale.

Ma « Grande Montagne » est là aussi, il a tenu à réveillonner avec nous, nous sommes heureux !

Quel Bonheur, quel Honneur, Monsieur, vous nous avez tant donné ce soir là ! Ces instants sont gravés à jamais dans la mémoire de mon cœur

Je peux affirmer que c’est le plus beau Noël de ma vie.

Merci à TOI !

Pendant le temps de mon séjour dans la maison familiale, j’administre des soins Reiki et tout ce qui peut aider mon Père aussi souvent qu’il le souhaite et que son besoin d’être avec lui – même me le permet.

Mais je constate une altération de son moral et aussi la baisse conséquente de ses forces physiques.

Un après-midi, nous entamons LA DISCUSSION !

 Nous parlons de l’éventualité de son départ de l’autre côté du voile.

Je lui explique ce que je sais à ce sujet.

Je l’invite, s’il le désire, à s’y préparer en vidant son cœur de toute animosité ou colère envers des personnes, des situations, mais aussi de lui-même.

Lucien H :  » Je suis prêt, Marie peut venir me chercher  »  est sa réponse !

Je reste  « scotchée » et je lui demande s’il a reçu un message sur son départ possible. Il m’affirme que non.

De mon côté, rien ne m’a été transmis non plus ; c’est rassurant, mais je dois reconnaître que la grande lucidité de mon Père « m’épate », son grand calme aussi, sa sérénité et sa si belle connexion à son Âme Lumineuse.

Au fond de lui il SAIT quel Maître pour moi dans ces instants ! Qu’est-ce-que je peux encore plus t’ aimer  !

Alors, nous profitons de ce temps de vie terrestre qui nous est alloué ensemble ; encore et encore : C’est bon.

Avant de partir, nous passons, lui et moi, une sorte de contrat, un ultime « deal ».

Le jour où il sentira venu le moment de nous quitter, après avoir reçu son message, il m’en fera part, car il m’a fait une demande…..

En fait, il souhaite qu’un travail d’accompagnement Lumineux pour son Âme soit fait ; par celle que je suis, le REIKI Source, Les Maîtres Lumière et tous ceux qui voudront ben être présents au moment de son Grand Départ vers sa Patrie Mère : La Lumière où il se sait attendu.

Françoise C : »  – Tu sais, mon papa d’amour, c’est parce que je t’aime au-delà des mots, que le jour venu, c’est en Maître REIKI, dans l’intégrité de Lumière que je suis, que je t’accompagnerai… jusqu’ au bout et pour ce faire mon papa d’amour, je devrai cesser d’être ta fille terrestre ! Juste Être !

Lucien H : « – Je sais ma chérie, j’ai confiance en toi. »

Ma gorge est nouée ;  je plonge mon regard dans ses beaux yeux verts : Oh papa, si tu savais comme je t’aime, je crois que jamais je ne lui ai autant dit !

Je prie, demande de l’aide, pour avoir la force, le courage, la foi, le lâcher-prise, la pureté et enfin l’amour inconditionnel plein le cœur pour être digne de sa demande et rester à la disposition de cette Âme, de son Âme.

Je sens que c’est ainsi que, le moment venu, je dois ÊTRE ; dans un total abandon à La Lumière Source, pour ma  «Grande Montagne ».

J’ai si mal, que j’ai l’impression que tout me fait défaut, pourtant je continue à aider mon Papa et a prier.

Le 31 décembre, à 23 h 30, pendant le soin  à distance, je vois la Vierge Marie se glisser par le haut du corps de mon Père, dans son lit : Elle le prend dans ses bras, lui sourit, lui parle !

Quant à moi je l’entends me dire :

« Il faut le rassurer, dis-lui que je ferai cela chaque soir »

C’est vrai que mon Père est à présent angoissé à l’idée de ne plus se réveiller, de partir sans conscience de l’autre côté du voile, alors il lutte contre le sommeil, lui qui à si peu de forces.

L’aide de la Vierge Marie est merveilleuse et son cadeau est sublime.

Merci à Vous, Grande Dame Céleste. Quelle grâce !

Le lendemain, je téléphone chez mes parents ; « petite mam » me répond.

Je lui raconte ce que j’ai « vu » et lui demande de le transmettre à mon père. Elle me demande : « – quelle heure était-il ? »

Françoise C : « – environ 23 h 30. »

Et, là, médusée, j’écoute son récit, car à la même heure citée,  elle a  assisté à une scène inattendue.

Papa couché les mains jointes, prie.

Il est en extase et reste ainsi un moment ; il se signe avec le désir évident de s’endormir, apaisé.

Ma mère étonnée de son comportement lui demande ce qu’il a, sa réponse est claire, lumineuse et inattendue !

Lucien H-« Chut ! Marie est là » avant de sombrer dans un profond sommeil.

Pour les incrédules je précise que ma Mère est d’un athéisme à couper le souffle, sa constatation ce soir là vaut de l’or, car nous habitons à 325 kilomètres l’une de l’autre et si elle me demande de faire des soins à mon père, elle n’ y comprends rien et ne veut surtout pas être éclairée sur ce sujet là.

Alors vous pensez donc sa fille et son mari qui parlent à ‘ Marie Céleste’, sans commentaire mais, petit sourire en l’écrivant !

Je poursuis Les séances à distance aussi souvent que mon emploi du temps me le permet et je téléphone beaucoup « aux Jurias » chez mes parents; 48 heures passent.

Le 2 janvier, 7 h 30 : je reçois un nouveau message des Maîtres de Lumière : » Papa va partir l’instant arrive ». Ils me conseillent de m’y préparer : ça veut dire que c’est très proche.

Il me semble être à cet instant précis un condamné à mort qui se dirige vers la guillotine : A la fois résigné et « je ne veux pas ».

Une chose est certaine, il me faut changer mon taux vibratoire et Être, sinon je ne pourrais pas faire cet accompagnement si important pour mon Papa d’amour.

Je passe la journée à m’auto- traiter, je suis dans le refus total, tendue comme un arc, alors que je dois être dans l’acceptation absolue et disponible.

Je sais que, lorsque mon père me demandera de l’aider pour son départ, je dois être forte, détachée, neutre de sentiments personnels, humains pour l’accompagner, lui, ma «Grande Montagne » ; je lui ai donné ma parole, mais mon Dieu qu’à cet instant précis c’est difficile !

Les coups de fil aux Jurias sont nombreux ce jour là ; la voix de mon Papa Chéri est si faible, des larmes coulent toutes seules sur mes joues.

A 17 heures, ultime appel de ma part, Maman me répond et m’annonce que Papa veut me parler.

Le moment tant redouté en tant que sa fille est arrivé !

Sa toute petite voix me dit ; «

Lucien H : « – Françoise je n’en peux plus, je veux partir derrière le voile ; j’ai mal partout  aide-moi ! »

Françoise C : – Tu me demandes de faire le travail d’accompagnement Papa, c’est cela que tu veux ? Lucien H : «  Oui, je veux partir ».

J’ai la gorge nouée, je me retiens de fondre en larmes. Petite mam’, dans un sanglot lui demande : »

Es-tu certain que c’est le moment, que c’est bien cela que tu veux ? as-tu reçu ton message ? »

Lucien H : « –  Oui, Marie m’a prévenu ; Elle vient me chercher. »

A cet instant précis je sais que toutes les conditions annoncées par tous les messages depuis des jours et des jours sont réunies, le doute, l’espoir ne sont plus permis mon Papa d’amour retourne à la Lumière pour toujours !

Le médecin de famille consulté, affirme à ma mère que la fin est proche.

Maman pleure, mais son amour est si grand qu’elle lui répond : »

Vas, je serai forte ! ».  Rien en elle n’essaie de retenir cet homme qu’elle aime tant.

Admirable maman ! Nous sommes toujours reliés par le téléphone (et son haut-parleur),

dans une singulière conversation à trois mais, si importante.

Françoise C : » – Ne t’ n’inquiètes pas, mon papa chéri, je préviens les Maîtres de REIKI, nous allons t’aider pour ton Grand Retour vers la Lumière ».

Evidemment, quand  je parle « d’aide », il ne faut pas entendre « euthanasie ».

Le Travail REIKI  aux mourants et à leur âme bien qu’étant très précis n’est réservé qu’aux Maîtres ayant reçu cette initiation sacrée et secrète.

Ceci consiste à accompagner l’âme en partance, à l’aider à franchir tous les plans de conscience sans désagrément, avec facilité, légèreté, de façon à ce qu’elle arrive dans la sérénité, la paix, l’amour, l’harmonie et surtout dans la lumière. Et mon Père à été initié sur les 12 plans du Reiki Unité. Maintenant je comprends pourquoi !

C’est le premier qui a choisi de partir en pleine Conscience et en Liberté totale : Il acte son Libre arbitre Divin ! Et par la grâce de Dieu et la demande de mon papa terrestre je suis initiée à cette pratique, également en CONSCIENCE.

Je raccroche et contacte sans tarder mes amies Nicole, Marie-Françoise, Dany, déjà présentes depuis le début et enfin Jeannine qui acceptent d’aider l’âme de mon Papa pour son grand voyage.

Je rappelle en Auvergne. C’est maman qui décroche elle plaque le combiné sur l’oreille de Papa, haut-parleur activé.

Françoise C : » – Voilà, mon Papa, nous sommes toutes au travail ; Je t’aime, tu sais , ne t’inquiètes pas, tu peux partir tranquille. Je serai forte, Maman aussi nous pouvons assumer ton départ. Nous t’aimons tous tant, oh mon Papa ! »

Lucien H : « –  Oui, je sais, merci ma chérie. Je t’aime. »

Cette réponse est dite d’une voix presque inaudible, déjà ailleurs, dernier cadeau de mon Papa vivant parmi nous.

Je raccroche.

Dans quelques heures, sur le plan de la terre, je n’aurais plus de Papa.

J’ai mal, si mal, mais je dois tenir ma promesse, l’accompagner dans son départ.

Alors, je m’isole dans ma pièce de REIKI, le calme se fait en moi, je suis baignée d’Amour Lumière, de paix, de pureté, je sens en moi l’énergie Source se mettre en route et c’est ainsi que je commence le travail d’accompagnement de l’Âme de celui que j’appel Papa.

Il me semble que je suis double car, je me sens dans mon corps et en même temps, et je ne vois que de La Vie Lumière partout et tellement d’amour ! Comment est-ce possible, comment ne l’ai – je pas intégré plus tôt ?

Je vais vous paraître étrange, alors que je sais que l’après – vie existe, mais là : Je ne vois que La Vie et rien d’autre ! Elle est où cette prétendue mort dont on parle tant ?

Elle n’existe tout simplement pas car, l’Âme de mon Papa d’amour est là devant moi dans le chenal de Lumière et je puis vous l’affirmer bien vivante et consciente.

Comme je suis émue, je rends grâce à Dieu et à mon Père terrestre !

Une fois encore, je comprends le pourquoi de ce Reiki Unité conscience.

Comme dans mon humain je peux être ignorante, comment puis-je m’immerger dans cette Immensité de Lumière et comprendre ces infinies possibilités ? Il me semble que je n’aurais jamais assez de cette Vie pour Être ! Et pourtant à cet instant précis!

Mais revenons aux Jurias, où maman est près de son mari Lucien. Elle est ‘ heureuse’ car il est serein, détendu, sa respiration si difficile depuis plusieurs jours est paisible, régulière et papa s’est endormi comme un bébé.

Mes frères sont avertis et chacun se relaie au téléphone pour que ma mère puisse transmettre à l’oreille de notre Père, malgré son sommeil, nos paroles d’amour, de remerciements pour tout ce qu’il nous a donné et enfin l’embrasser de notre part. Ce conseil précieux m’est donné par ma grande amie et Guide de Lumière : Nicolle Carpentier, là encore cadeau inestimable

Malgré sa propre peine, Maman accomplit nos demandes.

Tendre Maman !

Nous sommes presque tous à peu près à 4 heures de route des Jurias et notre envie est grande d’y aller.

Petite Mam’ nous demande de la laisser seule avec son mari pour ce qui doit être la dernière nuit.

Nous respectons ! L’amour dans notre famille est Maître et c’est notre Père qui a instauré cette valeur

Au matin du 3 janvier, Papa est encore vivant, très calme, il dort, il n’ouvrira plus jamais ses grands yeux verts : A 13 heures, il expire !

A ce moment précis, je suis en séance d’accompagnement à distance et je sens sous mes mains le froid glacial, si caractéristique correspondant à la rupture de la corde d’argent de l’Âme.

Je SAIS que mon Père est mort !

Je lève le regard vers le ciel et je vois entre deux nuages, un arc–en–ciel, comme un grand sourire de mon Papa.

Néanmoins, un coup de fil de mon frère Michel valide mon ressenti et me voilà dans une autre réalité

Je m’effondre en pleurs et ne sais que répéter de manière lancinante….

« Papa, oh mon papa »

Je ne suis plus qu’une orpheline…qui à besoin de pleurer, ayant interrompue la séance, je me vide de mon chagrin, je ne suis plus que sa fille.

Je reprends plus tard dans l’après-midi le travail d’accompagnement ; il est un peu plus de 14 h 30.

Je le « vois » stoppé dans une longue file d’attente, ce jour là il y a beaucoup de départs .Il est au cinquième plan de conscience.

Soudain, la Merveilleuse Apparition, si Grande, si Belle, si Lumineuse de Marie, Sainte Vierge Bénie, apparaît !

Elle vient faciliter son Ascension.

Et l’Âme de Papa s’élève rapidement, resplendissante de Lumière, de Liberté et d’Amour.

Il a reçu tant de REIKI, par lui-même et par nous, qu’il est en parfaite harmonie, clair, limpide,  beau et serein.

Au huitième plan de conscience, il retrouve sa Belle-mère ‘Geo ‘, son fils Dany, son Beau- frère René : Ils papotent, heureux de se revoir, mais pas surpris du tout, comme si tout ce petit monde savait !

Y aurait- il une communication d’Âmes, je me surprends à me poser cette question?

Marie Céleste,  intervient à nouveau ;  Papa ne doit pas rester sur ce plan, il doit continuer son voyage.

Alors ils se disent au-revoir et la Belle Âme de mon Père poursuit son Ascension.

Elle s’élève, s’élève, dépasse le douzième plan de conscience et s’arrête enfin dans un merveilleux endroit lumineux, beau , si beau tellement baigné de cette Lumière Amour que les mots me manquent pour vous le décrire.

Comme la Vie fait très bien les choses, un coup de fil de mon amie Marie-Françoise me confirme ce que j’ai vu.

En effet, Stéphanie, proche d’elle a reçu par Channeling un message d’un Maître de Lumière :

« Il vient d’arriver parmi nous »

Hors, Stéphanie ne me connaît pas et bien sûr, encore moins mon Père.

Quelques jours plus tard,  je recevais dans mon canal le nom d’Âme de mon père terrestre et je comprends pourquoi dans son temps de vie, avec moi, il a été si différent et si exigeant tout en me laissant une liberté basée sur la responsabilité, la parole donnée et la confiance.

Papa, merci !

CONCLUSION

Si j’ai pris la décision d’écrire cette histoire, vécue, réelle, personnelle, mais très particulière, c’est parce que je sais que la mort  pour beaucoup, est un sujet très douloureux, voire tabou. Je sais aussi que si j’ai des dons de visionnaire c’est pour partager, aujourd’hui  j’accepte cela.

Alors Amis, vous qui me lisez à cet instant précis, ce que je vous souhaite au travers cet humble récit, c’est que vous trouviez votre vérité de lumière et si votre cœur se remplit d’espoir alors tant mieux, la mort de mon Père telle qu’elle a été vécue aura été utile pour Vous comme pour moi.

Ainsi mon bonheur sera grand, car il m’a fallut du courage pour écrire ces lignes, je suis d’un naturel discret et hormis à un petit cercle je ne parle pas de mes conversations avec les différents Maîtres de Lumière et autres

Si j’ai accepté de rompre le silence, c’est pour aider : Tous ceux qui croient, ceux qui doutent, ceux qui ont peur, les inconscients, ceux qui pleurent un être cher, les incroyants et aussi, ceux si nombreux maintenant qui travaillent sur eux de façon assidue et qui ont besoin de certitudes

Je terminerai par ces phrases : Il était « Ma grande montagne », mon Papa d’Amour, mon Ange Terrestre, l’amour immense dans mon cœur et tellement plus…

Il nous a quitté en Conscience à partir de son ÊTRE, selon son désir,  pour retrouver la Lumière,  sa Mère Patrie, notre Patrie à Tous.

Si mon cœur est parfois encore triste, un bel arc-en-ciel me montre la Toute Puissance Divine de la  Vie, de l’Après Vie, un simple voile nous sépare de ceux que nous aimons : De la terre au ciel !

Papa à partagé avec moi le secret de l’Eternité, de la lumière, de l’immortalité de l’âme, de la Force et liberté de l’ESPRIT et de l’Amour Inconditionnel, pour lui j’ai osé me dépasser et Être plus que sa fille.

Depuis nos cœurs ont tissé une voie de communication, faite de fils d’or, de diamants et de lumière ; alors je sais !

L’AMOUR LUMIERE EST LA VOIE! L’UNIQUE VOIE !

Ainsi, nous pouvons continuer à communiquer, nous aimer ; c’est ce que nous faisons au delà du voile, malgré son départ.

Voilà le message d’authenticité que je vous offre, ultime présent de mon Papa d’Amour et de mon travail d’accompagnement de son Âme.

Quant à moi, je lui dédie mes dernières lignes pour lui dire ce qu’il sait déjà :

« Ma Grande Montagne, soit bénie pour ce merveilleux cadeau que tu m’as fait !

Que l’Amour et La Lumière restent nos guides nos seuls guides !

Je t’aime au-delà des mots humains, tu es à jamais en moi, notre amour se multiplie et chaque jour je grandis un peu plus. Adésias mon Papa chéri.

Ta fille Françoise.

Ps : malgré tout ce que je viens de vous confier, dans mon chagrin de fille et son absence physique, j’avais un doute : Et si j’avais tout inventé et si ce que j’avais vu étais faux et si je m’étais perdue et que j’étais ‘ cinglée’ ? Après tout dans ma famille, j’étais la seule à être ainsi, soit disant médium, comme lui !

Alors, je me suis remise à prier et j’ai demandé à Dieu et l’Âme de mon père des preuves, des vraies, je doutais, c’était terrible pour moi !

Trois matins de suite j’ai fait le même rêve : Je voyais mon père jardiner avec ses vêtements adaptés à cette tâche, c’est-à-dire : Chapeau de paille, sa chemise à carreaux verts, rouges et blancs et son bleu de travail en bas. Il me regardait en souriant et me disait : » nous sommes en Automne ! »

N’importe quoi je me disais, il est vêtu avec sa tenue de printemps. Mon réveil était douloureux, je commençais à perdre pieds.

Le matin du 11 janvier, je me trouvais toujours aux Jurias, comme c’est le jour de mon anniversaire, ma mère avec un sourire triste me le souhaite, drôle de journée pour toi ma chérie, c’est le premier sans lui ! Comment te sens-tu ?

Alors je prends mon courage à deux mains et je lui raconte mes doutes, mes rêves et les paroles de  papa et naturellement mon immense chagrin d’être aussi nulle !

Elle se redresse, le regard vif et me demande d’ouvrir la penderie de mon père, je m’exécute sur le champ.

« Quelle est la chemise que tu vois sur papa  », me demande-telle ?

Sans aucune hésitation je la sors du placard et lui montre, je suis sûre de moi !

« Tu sais c’est la dernière chemise qu’il a porté cet Automne pour jardiner, avant que vous arriviez pour m’occuper j’ai lavé et repassé tout notre linge, c’est bien celle-ci que tu vois dans tes rêves et papa à raison : c’est bien l’Automne ! Nous avons eu une arrière saison très douce et il a remis ses vêtements de printemps. »

Les larmes coulent sur mes joues, je suis secouée de joie, de chagrin, de tout, quel cadeau d’anniversaire !

Et c’est cette maman si crédule, si athée qui une fois de plus me donne une vérité : oui, je vois, oui je suis ‘ medium’,oui j’ai ma preuve, ma vraie et je peux continuer sereine mon chemin dans La Lumière Divine ma raison d’Être Ici.

FIN.

Interview Radio Liberté

par Françoise Chinour | La Mort